AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hagiographie de Santa Caterina da Urbino

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mestre Pycell
[pnj] Messager Ducal
avatar


MessageSujet: Hagiographie de Santa Caterina da Urbino    Dim 18 Aoû - 14:21

Citation :
Santa Caterina da Urbino, patrona d'Italia e dell'arte medica

1- Plaisir, enfance et premiers signes


    Jacqueline BENCIVENNI et Ubaldo CORELLI, tisserands, mettent au monde Caterina le 27 juillet 1347. Cadette de quatorze frères et soeurs elle sera élevée dans un quartier populaire de la ville d'Urbino.

    Dès son plus jeune âge, sa dévotion et sa spiritualité ne laisse aucun doute quant à sa volonté d'atteindre le bonheur et la satisfaction de l'esprit. Elle apprend aussi le travail et la patience aux côtés de sa mère notamment quand Jacqueline est obligée de passer ses journées entières à laver le linge.

    Au fil du temps, des phénomènes inexpliqués commencèrent à se produire autour de la jeune fille.

    Un jour, laissée près d'un buisson sec et aride servant à sécher le linge,
    Jacqueline est stupéfaite de voir à son retour un arbre couvert de fleurs blanches.

    Un autre jour, alors accompagnée de ses frères, Caterina se met subitement à genoux en plein clair de lune. A la surprise générale, elle refuse les fruits cueillis plutôt dans la journée et d'une voix paisible mais ferme....

    "Le bonheur que est la satisfaction d'esprit, si votre seule préoccupation est la satisfaction des besoins corporels, nous nous abaissons au niveau des animaux qui mangent de l'herbe dans cette cour. Et les fruits que vous mangez, sont un don que le Tout-Puissant nous a donné, parce qu'il nous aime. Donc nous aussi nous devons l'aimer et de le remercier. "

    Enfin, a ses 7 ans, alors qu'elle priait dans la cathédrale d'Urbino, face à une fenêtre représentant Saint- Silfaele...une lumière aveuglante illumine Caterina et des témoins peuvent voir le visage de l'archange lui parler.


2. Conservation - Le miracle de la lumière dans l'obscurité


    Caterina comprend très vite que le Tout-Puissant l’a choisi comme son serviteur. Dès lors, sa vie sera consacrée au Très Haut et décide de faire vœu de chasteté au grand dam de sa famille qui souhaite la marier dès ses quatorze ans.

    Un jour, alors qu'elle vendait des vêtements au marché d'Urbino, un jeune homme de la famille Montefeltro, à un coup de foudre pour elle et, brûlant de passion, tente de convaincre son père de lui donner sa fille en mariage.
    Son père attiré par les terres agricoles et les biens promis en dot tente de persuader sa fille d'accepter.
    Caterina confirme alors son amour pour le Très Haut et se coupe les cheveux en signe de désapprobation. Apeuré de voir ses titres de noblesse s'envoler ainsi que ses actifs, l'homme entre dans une rage folle et enferme la jeune fille dans sa chambre jusqu'à la raison.

    Caterina, découragée par sa relation avec son père, commence à prier et reste durant 93 jours dans sa chambre à genoux pour adresser ses prières au Très-Haut.
    Pendant ce temps, Catherine ne mange que des fruits et des croûtes de pain que lui fait sa mère.

    Au dernier jour, sa conviction et son obstination sont récompensées quand son père, vers minuit, se rendant dans la chambre de sa fille, la trouve les mains jointes en prière à genoux illuminée par un faisceau de lumière.
    Il ne peut que se résoudre à approuver les choix de Catherine : vivre dans la prière et la pauvreté en ne mangeant plus que des crudités, des fruits et du pain.


3. Amitié - L'Ordre grégorien, la médecine et la naissance de "Catheriniennes"


    Un jour, alors qu'elle est en prière dans un jardin près de sa maison, un serpent venimeux sort des buissons et enfonce ses dents dans la main de Caterina. Pendant que la bête fuit vers les racines, comme un signe du ciel, une cigogne apparait et le tue.
    Dans le bec de l'oiseau, le serpent était devenu une branche d'origan, que la cigogne déposa dans la main de Caterina qui ne présentait plus aucunes stigmates de l'incident.
    Elle vit là encore un signe envoyé par le Très-Haut et c'est en 1363 qu'elle entre dans l'ordre grégorien pour se consacrer à des études de médecine.
    Après l'apprentissage des connaissances médicales nécessaires, elle décide de consacrer sa vie aux soins assidus des vagabonds, des pauvres, des malades et des mourants tout en réussissant à convertir certains à la Sainte Eglise Aristotélicienne.

    Par la suite, elle apporte aide et réconfort dans l'hôpital de la Miséricorde de Pian di Mercato à Urbino, où bénévoles et médecins accueillent les voyageurs, les pèlerins et les malades. A travers ses actes, Caterina incarne le modèle de l'infirmière bénévole par excellence, pleine de charité, de patience, d'énergie et de volonté. Ce travail lui permet également de maximaliser les vertus aristotéliciennes.
    Pendant cette période de sa vie elle ne fait preuve d'aucune faiblesse et ne cesse d'apporter son soutien y compris lors de l'épidémie de peste de 1374. Équipée d'une bouteille d'arômes, d’un bâton de ferme et d’une lanterne, elle se rend à l'hôpital et dans les maisons avec ses disciples pour alléger les souffrances des patients les plus pauvres.

    Des disciples commencèrent à se rassembler autour d'elle. Le clergé et les laïcs finirent par la reconnaître comme un guide et exemple mais cela n'empêcha pas l’ordre grégorien de la soumettre à un examen afin de déterminer l'orthodoxie de ses propos. L'ordre décida de la laisser agir mais en lui nommant un directeur spirituel, Raimondo de Gaeta.


4.Conviction - Catherine prophéte, la naissance de l'âge du renouveau de la foi


    Caterina est, à ce stade de sa vie, consciente de l'importance de la culture théologique afin de travailler pour l'avenir de la communauté des croyants.
    Elle s'applique ainsi à l'étude des langues (latin et grec) et de la théologie, en réussissant à apprendre tout avec une surprenante facilité et rapidité.
    Tous les matins, elle se réveille et se rend compte qu'elle a développé de nouvelles idées et apprit de nouvelles compétences.
    Après ces études elle commence par écrire des lettres à de nombreux hommes politiques. Elle contacte les Princes des Duchés et des Républiques italiennes en les rappelant aux vertus aristotéliciennes, en les reprenant lorsque leurs choix dévient du juste chemin et des indications d'Aristote, en répandant ainsi la Foi aristotélicienne à travers ses écrits. Successivement elle commence à voyager et va elle même parler directement avec ces hommes eminents dans leurs Duchés et Républiques. Elle est toujours accueillie avec respect et est écoutée dans toutes les coures italiennes.
    Tout au long de sa vie elle sera un grand écrivain puisant son inspiration au près du Très-Haut. Ses écrits toucheront directement le coeur et inspireront la Foi la plus profonde.
    Caterina combat fermement la désorganisation de l'Église et sa corruption qui compromettent l'efficacité de son travail apostolique.
    Elle développe la pensée de Dominique, conclut que l'Eglise ne peut vivre sans un profond renouvellement. Elle va s’ouvrir aux fidèles et renforce ses relations avec les États, de sorte qu'il puissent fonctionner plus fortement pour la paix dans les Royaumes .
    Caterina, dans certains de ses écrits critique aussi certaines décisions du Concile de Nicée, dont elle estime qu'ils ne correspondent pas aux enseignements des prophètes, en particulier la primauté de l'homme sur la femme. A ce sujet, Sainte Dominique a pu dire:


Citation :
"L'homme et la femme ont la même dignité et la même valeur parce que les deux ont été créés par le Très Haut et ce, même s'ils sont différents puisque le rapport de réciprocité qui les lie dans la relation de couple est à l'image de notre Supérieur. Le pacte d'union qui lie le couple est dans le livre des vertus considéré comme le reflet du Pacte de Dieu avec les hommes ainsi qu'un service aussi à la vie"

    Caterina, en effet, prédit l'âge de renouvellement de la foi qui va commencer un siècle plus tard.
    Elle écrit dans une de ses lettres à Raymond de Gaeta:


Citation :
[...]Le deuxième prophète nous a fait un grand cadeau : l'Église dont le fonctionnement et la composition s'inspire de Dieu peut se détourner de Son message. Mais il viendra un moment où, inspiré par Aristote, elle devra subir un changement profond et trouvera à nouveau la voie pour mener au mieux le peuple du Très Haut vers le Paradis solaire. C'est seulement en s’occupant des brebis effrayées en les accueillant dans une embrassade maternelle que la Sainte Église pourra éviter d'avoir le même dessein que le chef de tous les prêtres de la Judée...Christos haranguant la foule à Jérusalem dit: "Venez à moi et entendez la parole de Dieu", l'Eglise doit ouvrir ses portes aux fidèles qui souhaitent se rapprocher de Dieu, d'Aristote et de Christos grâce à la théologie. Elle doit leur donner un endroit où les textes peuvent être librement accessible pour qu'ils puissent s'abreuver comme le pèlerin malheureux qu s'abreuva dans les mains de Christos [...]
5. Tempérance - une vie dédiée à la paix des Royaumes à travers l'Amour pour Dieu


    Caterina vécut pendant une période à Sienne où, comme dans beaucoup de villes de l'Italie du XIV siècle, il y avait une situation sociale turbulente.
    Les puissantes familles de la cité se querellaient la domination du gouvernement qui se traduisaient par des batailles sanglantes entre les factions rivales. Catherine décida d'intervenir au nom du Très-Haut. Elle commença à traiter avec les factions rivales afin de trouver un compromis au nom de la foi pour finalement apporter stabilité et paix à la République de Sienne. Après que sa réputation en tant que femme "de paix" se soit rapidement répandue en dehors des murs de Sienne, elle arriva à Volterra.
    Caterina y mena la même action et réussit a réprimer les haines entre familles de bords politiques différents. Elle imposa l'Amitié et la Paix au nom d'Aristote pour le plus grand bien de la cité.
    Elle fut également un intermédiaire entre la Papauté et la ville de Florence, qui discutaient pour quelques mandats de grain et de maïs. Au pape Grégoire XI , elle écrivit: "Vous obtiendrez plus avec le bâton de la bénignité qu'avec le bâton de la guerre".
    Ses voyages à travers toutes les Républiques, Duchés et terres italiennes finirent par convaincre les princes et les maires d'appuyer la "Saint Chiesa" Aristotélicienne.


6. Justice - La Justice Divine à travers les actions de Catherine


    Caterina reçut un jours une nouvelle mission difficile du Très-Haut. Mais grâce à sa foi, peut-être même grâce à l'intervention divine, elle réussi finalement sa mission.
    Épuisée, elle retourne à Urbino et reçoit des tâches du Pape pour traiter des diverses paix en Italie.
    Elle continua à écrire aux princes, aux hommes politiques et aux ecclésiastiques. Caterina ne se montre pas effrayée devant les puissants et leur parle d'égal à égal. Dans ses lettres adressées aux politiciens elle leur rappelle que le pouvoir de gouverner est un « pouvoir prêté » par le Très Haut. Elle les incitent à une bonne administration des affaires publiques, à la recherche du bien commun et non à l'intérêt personnel. Pour ce faire, elle affirme que le bon administrateur doit s'inspirer directement de Christos et d'Aristote.
    La Justice aura un rôle fondamental dans la doctrine fait par Sainte-Caterina : sans justice pas de paix garante de la croissance sociale et morale d'un État.

    Au Juge du Duché de Modène elle écrit:


Citation :
[...]Que vous soyez justes aussi bien avec l'homme pauvre qu'avec l'homme riche. Il vous faut servire la Justice qui est toujours accompagnée de la Miséricorde[...]

    Et encore, aux Doge et aux Conseillers de la République de Venice elle écrit :


Citation :
[...] Si vous êtes des hommes justes alors soyez béni et dans votre gouvernance vous ne devrez pas agir pour vos intérêts mais pour le bien universel fondé sur la pierre de Christos le bon et Aristote le sage.
7. Don de soi - La dernière mission de Caterina


    Caterina après avoir effectué des actes incroyables au nom de la foi inspirée par le Très-Haut va mourir, épuisée et malade, le 8 Décembre 1380.
    Jusqu'à la fin, elle continue son oeuvre de médiation entre l'Église et les royaumes italiens. Ecrasée par la quantité énorme de travail et ses voyages d’un bout à l’autre de l’Italie, Caterina meurt à Gaeta après avoir traité, avec la Reine de Naples, les affaires du Saint-Siège.
    Incapable de se mouvoir durant les quarante derniers jours de sa vie, elle vécut avec sérénité sa condition puisque consciente d'être sacrifiée pour la comunnauté aristotélicienne, pour quelque chose de supérieur et de plus important que sa propre vie.


Reliques


    À sa mort, son corps fut enterré à Capoue, mais après trois ans, la dépouille mortelle du Sainte a été transférée à la cathédrale d'Urbino. À Gaeta, le lieu de sa mort le voile de son habit est conservé.
    La main droite fut portée à Sienne, pendant qu'à Pavie est conservée une côte du Saint.


Éléments associés


    Saint Patron de l'Italie et les médecins.

Revenir en haut Aller en bas
 
Hagiographie de Santa Caterina da Urbino
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hagiographie de Saint Valentin
» Santa Maria Y Santa Muerte
» * Secret Santa *
» caterina l. antonelli ⌂ fuir, courir sans relâche. et puis un jour, s'arrêter pour dire à quelqu'un droit dans les yeux : c'est toi dont j'ai besoin
» Secret Santa ◘ Au pied du sapin...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Fiefs de la famille Sevillano :: Baronnie de Ribiers :: Château de Clairecombe :: La Haute Cour :: Chapelle Santa Caterina-
Sauter vers: